Alain Bernard & SWIMBOT : quelques conseils pour bien débuter

: Retour au blog Posté par: SWIMBOT TEAM Dans: CONSEILS SWIMBOT Sur: mardi, février 14, 2017 Commentaire: 0 Vues: 1092

"J’ai tout de suite été fasciné par cet outil technologique et innovant qui permettait d’améliorer sa technique de nage. Sceptique dans un premier temps, j’ai tout de suite été conquis après mon premier essai SWIMBOT !" explique Alain.

Alain Bernard, champion olympique, livre quelques conseils pour bien débuter avec SWIMBOT


Des conseils à garder en tête pour progresser ?

Je pense que je reprendrais l’un des précieux conseil que me donnait mon entraineur : PRENDRE LE TEMPS D’ALLER VITE ! Certes, pas tout le monde souhaite aller vite mais il faut savoir profiter d’un temps de glisse à chaque mouvement que l’on effectue en nageant. Cela permet de nager plus efficacement, donc plus rapidement et le tout en se fatiguant moins à une seule condition : si le corps est bien placé dans l’eau.

Je conseille par exemple de se servir de l'exercice Alignement Vertical de différentes façons pour travailler ce point, soit en nageant tranquillement ou en mettant beaucoup plus de vitesse pour voir si votre position reste identique.




Et à haut niveau, qu'en est-il de la technique ?

Elle reste primordiale. Lors de mes derniers mois de préparation pour les Jeux Olympiques avec Denis Auguin, mon entraîneur, il a fallu effectuer la plus grande quantité de qualité ! C'est à dire nager du mieux possible à chaque séance, chaque longueur, que ce soit de la vitesse ou bien des séries plus longues à l’entrainement. C’est grâce à cette rigueur et cette implication que l’on progresse.



Comment composerais-tu ton entraînement avec SWIMBOT si tu nageais encore ?

Si je nageais encore aujourd'hui, je pense que je me servirai du SWIMBOT dans différentes phases de nages, peut être une à deux fois par semaine et par session de 10-15 min maximum. Il est important de s’en servir pour comprendre ses défauts et ensuite apprécier les progrès que l’on a fait en faisant quelques longueurs avec à intervalles réguliers.



L'alignement en natation : un principe fondamental à maîtriser

Idéalement pour se projeter vers l'avant le nageur oriente ses appuis vers l'arrière. L'erreur la plus fréquente est de mal orienter ses appuis. Pour se propulser il est indispensable d'utiliser la surface de l'avant-bras et de la main. Se servir uniquement de la surface de la main diminue considérablement la surface d'appui. Une plus grande surface d'appui améliore la propulsion. En utilisant correctement les avant-bras et les mains durant la propulsion le nageur se déplace au dessus de points d'appuis qui sont fixes.


En profondeur la pression de l'eau est plus importante ce qui rend l'eau plus "dure". il est donc intéressant de prendre un appui en profondeur. Comme les points d'appui sont fixes : la vitesse de la main est beaucoup plus faible que le haut du bras en l'occurrence un appui profond génère du freinage sur le haut du bras. Il est donc important de trouver un compromis entre la propulsion et l'alignement.

La trajectoire sous-marine de la main joue également un rôle important dans la propulsion. Si la main s'éloigne trop de l'axe de son épaule, il ya une perte de force. C'est pourquoi il est important que la main suive une trajectoire rectiligne sous l'axe de l'épaule.

Si l'avant-bras est bien placé, le coude se décale inévitablement vers l'extérieur. Bien que la trajectoire de la main soit rectiligne celle du coude est courbée.

Il est important de maximiser l'amplitude en cherchant les appuis loin devant et en finissant correctement la poussée.

Afin d'optimiser le schéma du mouvement il est important de faire attention à l'orientation des appuis, la surface d'appui, la profondeur, la trajectoire sous-marine ainsi que l'amplitude.

Voir un extrait en vidéo :

Cliquez ici pour voir d'autres vidéos SWIMBOT pour progresser en crawl.

Attention, les vidéos en version complète ne sont disponibles que pour nos clients SWIMBOT.

Commentaires

Laissez votre commentaire

Haut